Orphée Gluck-Berlioz

« le mythe d’Orphée », Marc Chagall, 1977chagall_orpheeOrphée, version de  Christoph Willibald Gluck, révisée par Hector Berlioz, mise en scène de Fanny Gioria et donnée sur la scène de l’Opéra Confluence dimanche 3 décembre et mardi 5 décembre 2017. Une des oeuvres les plus envoûtantes du répertoire. Se laisser charmer par ce spectacle est plus que conseillé !

Orphée l’enchanteur…

Fils de la muse Calliope, Orphée devient à son tour source d’inspiration inépuisable. De la lyre offerte par d’Apollon, Orphée compose une musique qui fascine et ravit jusqu’aux dieux des Enfers. Quel est-il ce mortel, quintessence même du lyrisme ? Comment parvient-il à émouvoir la roche insensible par nature ? Orphée est le poète suprême qui charme les dieux et les hommes, le végétal et le minéral, par une expression musicale envoûtante. Mais c’est également l’association douloureuse et fatale de Eros et Thanatos. Amour éternel consacré à sa bien-aimée Eurydice dont il ne cessera de chanter le nom jusqu’à sa mort. La musique se fait magie et, lorsque son Eurydice perd la vie, le charme du poète-musicien opère encore dans le monde des ténèbres. Il peut y descendre, séduisant Cerbère lui-même, écouté d’Hadès et de Perséphone qui accordent le retour d’Eurydice à la condition de ne pas la regarder avant d’être parvenus tous deux dans le monde des vivants.

Si l’entreprise paraît simple, les dieux savent qu’il n’en est rien ! Comment ne pas se retourner ? Barrière infranchissable entre le monde des morts et celui des vivants, ne pas regarder derrière, renoncer à son passé et continuer de marcher malgré la perte de l’autre.

Quoi qu’il en soit, la légende enseigne à accepter la mort, laquelle comme l’amour, est étroitement liée au destin de chacun, ne pas regarder en arrière, marcher droit devant tel que l’indiquent les dieux, ainsi Orphée symbolise-t-il notre humanité ; sublime et fragile, permanente et mortelle, submergée par l’amour, attachée à son passé. Une humanité sensible…

Hector Berlioz, (1803.1869) un passionné éclairé…

 Promis à la médecine par son père, c’est plutôt vers l’opéra que le jeune Berlioz consacrera toute son attention. Après deux années à la Faculté, la rencontre des œuvres de Christoph Willibald Gluck, compositeur allemand du XVIIIème siècle, le marque définitivement.

Le compositeur, attiré par les grandes œuvres littéraires, celles de Virgile, de Shakespeare, de Goethe, Théophile Gautier, Victor Hugo…va donc remanier l’Orphée et Eurydice de Gluck alors qu’il commence la rédaction de ses Mémoires où il déclare qu’il lui voue « une passion instinctive » depuis toujours. Berlioz a assisté à de nombreuses reprises de l’Orphée de Gluck dans sa deuxième version, celle de 1774 en français, laquelle lui semble au-dessous de celle originale en italien (1762). C’est donc à partir de ces deux versions que Berlioz prépare sa propre mouture donnée en 1859.

La révision d’Orphée et d’Eurydice de Berlioz s’élargit à quatre actes depuis l’arrangement du livret de Pierre-Louis Moline. Berlioz a cette volonté de « remettre cet ouvrage en ordre, approprier à la voix de contralto les récitatifs et airs nouveaux ajoutés par Gluck au rôle principal, ôter les trombones ajoutés par un inconnu, et remplacer par un cornet moderne en cuivre le cornetto en bois dont personne ne joue à Paris. De plus, on a corrigé dans le livret quelques vers de M. de Moline dont la niaiserie paraissait dangereuse et inacceptable. »

En ce qui concerne la forme de l’œuvre, le remaniement le plus évident de Berlioz est le passage de trois à quatre actes, la scène des Enfers et celle des Champs Elysées formant désormais deux actes distincts, dans le but de rééquilibrer la partition, dont il a supprimé plusieurs numéros.

Orphée à l’Opéra Grand Avignon mis en scène par Fanny Gioria…

Une nouvelle production qui vient ouvrir la nouvelle saison lyrique à Avignon dans un nouveau lieu, celui de Opéra Confluence, et…avec une nouvelle mise scène ! Voilà de l’inédit qui va certainement nous surprendre ! Fanny Gioria, au parcours artistique riche de spectacles lyriques et théâtraux, présente cette fois l’Orphée de Berlioz. Au pupitre, Roberto Forès Veses, et, respectivement, dans les rôles d’Orphée, d’Eurydice et d’Amour, Julie Robard-Gendre, Olivia Doray et Dima Bawab.

Une conférence aura lieu à la maison Jean Vilar à Avignon, le samedi 2 décembre, à 17 heures au sujet d’Orphée avec Simon Calamel, l’entrée y sera libre.

Très prochainement, une rencontre avec Fanny Gioria à lire dans « Accents d’artistes » !



 

Orphée sur la scène de l’Opéra Confluence. Durée 2h30.

Dimanche 3 décembre 2017 à 14h30 et mardi 5 décembre 2017 à 20h30.

Réservations sur le site internet de l’Opéra Grand Avignon  http://www.operagrandavignon.fr

ou par téléphone :  contactez la Billetterie de l’Opéra Grand Avignon
au 04 90 14 26 40

Tarif à partir de 12 euros

 

 

 

 

 

 

2 commentaires

  1. Rarement l’intégration des divers éléments qui composent un opéra n’aura été aussi poussée que dans cette production d’Orphée, vue ce dimanche après-midi. En a résulté un spectacle d’une intensité et d’une émotion saisissantes. Julie Robard-Gendre habitait le rôle-titre et projetait une voix aux variations profondes. La mise en scène de Fanny Gioria, subtile et intelligente, jouait sur les relations entre les espaces du drame, soutenue par un dispositif de décors figurant notamment le passage des vivants aux morts. Le choeur, mobile, se fondait au ballet, en synergie avec la direction d’orchestre frénétique et inspirée de Roberto Forés Veses. Une réussite éblouissante de mon point de vue !

    Aimé par 1 personne

    1. Combien je vous rejoins Philippe pour ce ressenti ! Il s’agit en effet d’une réussite et d’une réunion des arts de façon totale comme l’est l’opéra selon Fanny Gioria qui a su trouver ici cet équilibre et cette harmonie dans un paradoxe posé au départ, celui du chaos !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s