Dialogues des Carmélites, une histoire d’amour entre Dieu et les âmes…

18S269-0145   18S269-0084

Dans le rêve de Blanche

C’est un public subjugué qui a suivi la première des Dialogues des Carmélites sur la scène d’Avignon ce dimanche 28 janvier. En effet, Alain Timàr, directeur du théâtre des Halles, nous offre dans cette nouvelle production de l’Opéra Grand Avignon une version épurée et sublimée de cette pièce déjà si forte en émotions. Une mise en scène au service exclusif de l’œuvre semble-t-il, tout geste paraît traduire le sentiment de chacun des personnages, l’aspect matériel a disparu au profit du drame qui progresse avec intensité jusqu’à la tragédie finale. Sur scène, les trois murs sont des écrans blancs où sont projetées des couleurs et des formes propres au « rêve » de Blanche de la Force, et l’alternance du bien et du mal s’y donne dans une esthétique saisissante. Pour seul mobilier, un fauteuil qui grandit à vue, se métamorphose en lit mortuaire puis bientôt en tombeau. Le travail d’Alain Timàr est précis et extrêmement symbolique, on retrouve l’homme de théâtre auquel rien n’échappe, il n’est pas un seul déplacement ni aucun regard inutiles, la fluidité traverse comme une évidence la pièce d’un bout à l’autre de son avancée. On peut évoquer l’aspect très contemporain de cette mise en scène mais difficilement celui d’une transposition car Alain Timàr semble plutôt donner un caractère intemporel à l’histoire de ces carmélites martyres et les costumes d’Elza Briand portent avec justesse ce point de vue.

18S269-0314

Le chemin de croix de Blanche

 Nouvelle Alice, cependant loin des merveilles, Blanche ici s’endort sur les genoux de son père, le Marquis de La Force, après l’aveu de son désir d’entrer au Carmel. L’espace onirique s’invite, l’œuvre est déroulée à la lettre dans le songe de la jeune fille à laquelle Ludivine Gombert donne avec justesse cette ardeur frémissante qui la conduit vers le martyre à travers un chemin de contradictions douloureuses.

Près de cette Blanche bouleversante, la prieure, Madame de Croissy, pour qui « l’affaire est de prier », est remarquablement interprétée par Marie-Ange Todorovitch. Tous, y compris les rôles masculins, mineurs ici, conduisent l’ouvrage vers les accords parfaits de ce triptyque visuel et musical. Les interrogations et les controverses sur la foi sont enfin portées par l’éclatante musique de Poulenc dirigée ici par le non moins brillant Samuel Jean qui emmène ses quelque soixante musiciens vers une expressivité musicale particulièrement dynamique.

Le verbe de Bernanos, la musique de Poulenc, la vision personnelle d’Alain Timàr, les talents réunis des interprètes, tout concourait hier soir à goûter un peu du caractère sacré d’une œuvre où les sœurs ne sont plus les seules contemplatives tant le public semblait à son tour recueilli !

                                                                                                         Marianne Millet

Photographies : Cédric Delestrade/ACM-STUDIO



Dialogues des Carmélites. Opéra en trois actes de Francis Poulenc.
Texte de l’œuvre de Georges Bernanos, porté à l’opéra avec l’autorisation d’Emmet Lavery d’après une nouvelle de Gertrud Von Le Fort et un scénario du Révérend-Père Brückberger et de Philippe Agostini.

Nouvelle production de l’Opéra Grand Avignon. Dimanche 28 janvier 2018 à 14h30. Mardi 30 janvier 2018 à 20h30. Opéra Confluence

Conférence « Dialogues des carmélites »
par Marielle Khouri le Samedi 27 janvier à 17h Maison Jean Vilar
Direction Samuel Jean
Direction du chœur Aurore Marchand
Études musicales Hélène Blanic

Mise en scène et décors Alain Timár
Assistante à la mise en scène Irène Fridici
Costumes Elza Briand
Lumières Richard Rozenbaum
Vidéo Quentin Bonami

Madame de Croissy
Marie-Ange Todorovitch
Blanche de La Force Ludivine Gombert
Constance Sarah Gouzy
Madame Lidoine Catherine Hunold
Mère Marie de l’Incarnation Blandine Folio Peres
Sœur Mathilde Coline Dutilleul
Le Marquis de La Force Frédéric Caton
Le Chevalier de La Force Rémy Mathieu
L’Aumônier du Carmel Raphaël Brémard
Le premier Commissaire Alfred Bironien
Le deuxième Commissaire / l’Officier / le Geôlier Romain Bockler

Orchestre Régional Avignon-Provence
Chœur de l’Opéra Grand Avignon



Réservations sur le site internet de l’Opéra Grand Avignon  http://www.operagrandavignon.fr

ou par téléphone :  contactez la Billetterie de l’Opéra Grand Avignon
au 04 90 14 26 40

Durée : 3h00

Tarif à partir de 15 euros

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s