Mois: janvier 2021

A la direction du service de communication, Arnaud Lanez, l’un des contreforts de l’Opéra Grand Avignon !

Bonjour Arnaud Lanez, vous êtes le directeur de communication de l’Opéra Grand Avignon, j’aimerais en définir les différentes facettes avec vous car je crois que la fonction est à géométrie variable !

En effet, avec cette première mission du service communication de l’Opéra, ce sont déjà plusieurs pôles à gérer ; celui des éditions, de la billetterie, l’axe médiation-culturelle, également celui de la presse et enfin, il s’agit de veiller à la gestion de la salle.

Outre ces différents points, la question du développement a toute son importance, j’ai également la responsabilité du mécénat à l’Opéra tout en étant dans la recherche de fonds privés pour la création artistique, sans oublier d’autres projets plus particuliers comme ceux qui ont concerné l’action « Un Fauteuil à l’Opéra ». Une action placée sous le signe de la réussite avec 155 mécènes et près de 300 fauteuils financés.

Pour en revenir à la mission du service communication, il faut y voir plusieurs destinations, en premier lieu il s’agit naturellement de promouvoir les spectacles de l’Opéra, partie majeure de mon travail je dirais, puisqu’il s’agit d’amener le public vers le spectacle en développant une communication plurielle avec des moyens différents qui vont des supports virtuels jusqu’à la rencontre avec les metteurs en scène en amont du spectacle, mais également avec des chefs d’orchestre et des artistes à l’affiche.

Quelles sont, d’après vous, les qualités nécessaires pour tenir la direction du service de communication d’une maison d’Opéra ?

La question n’est pas si simple ! Je dirais tout d’abord qu’il faut se montrer réactif, il faut ajouter une solide connaissance de ce que l’on défend. Diriger la communication d’un institut de service culturel exige des savoirs aussi bien musicaux que littéraires puisque l’on entend faire valoir un ouvrage. Il me semble qu’il faut tout à la fois un esprit critique et éclairé en quelque sorte. Et comme dans tous métiers, maîtriser son sujet est indispensable, au-delà des connaissances directes avec le contenu des œuvres, il y a des aspects plus techniques qui déterminent les stratégies de communication. Un accord entre les connaissances des formes et contenus me paraît, de ce fait, impératif, d’où cette idée de réactivité pour évoluer constamment entre ces différentes activités.

(suite…)