L’opéra livré

Orphée mis en scène par Fanny Gioria ouvre la saison lyrique avec une virtuosité artistique manifeste !

17S269-0196

Orphée à « l’obscure clarté des étoiles » de Fanny Gioria

 Si Berlioz dépoussière subtilement la partition de Gluck, Fanny Gioria n’est pas en reste pour faire le ménage (osons la métaphore quelque peu triviale) nécessaire dans une mise en scène débarrassée ainsi des encombrants que seraient des décors chargés et des costumes plus ou moins symboliques d’une époque propre à une transposition souhaitée.

De fait, Fanny Gioria place idéalement son Orphée dans une intemporalité qui sied parfaitement à l’œuvre elle-même, car de quoi parlons-nous exactement, si ce n’est de l’expression de la sensibilité qui emmène le public vers « une tragédie en musique écoutée d’un bout à l’autre avec une attention continue et un intérêt toujours croissant, faisant verser des larmes jusque dans les coulisses, et excitant dans toute la salle des cris d’admiration » ! (Revue de Paris, 1836)

Sobriété de circonstance ici car, s’agite-t-on dans la souffrance, qui plus est lorsque l’on est dans les Enfers ?!

Côté jardin, une structure métallique sur laquelle Amour semble se livrer à un jeu machiavélique. Interprété finement par Dima Bawad, Amour guide les jeunes amants pour les perdre davantage entre son chant et sa perfidie semble-t-il, manipulation, jeu de dupes et de miroirs auquel ne peuvent échapper les deux amoureux.

(suite…)