Julien Lubek

Julien Lubek et Cécile Roussat sur un air de Flûte enchantée !

JujuCécile.avril2016_bis-1024x682

Julien Lubek ; comédien et metteur en scène, néanmoins la palette d’activités semble bien plus colorée ! Ajoutons, selon les besoins, les fonctions de professeur de mime, de directeur artistique, d’auteur, de costumier et j’en passe !

 En effet ! Cependant pour envisager tout cela, c’est à quatre bras qu’il faut le comprendre ! Nous menons tout de front avec Cécile Roussat, elle est ma compagne, mon double depuis vingt ans. Nous travaillons ensemble dans chacun de nos projets, qu’ils s’inscrivent dans notre compagnie de théâtre visuel ou à l’Opéra. Notre formation initiale est l’art du mime. C’est auprès de Marcel Marceau, avec lequel nous étudiions le mime, que nous nous sommes rencontrés. Il s’agit d’un art sans répertoire puisque sans texte et c’est sans doute cet aspect artistique particulier qui nous a poussés à devenir rapidement des créateurs. C’est ainsi que peu à peu nous avons ressenti le besoin d’avoir une vision plus globale pour aller vers la cohérence de toute démarche artistique. Nous avons donc tenté de travailler avec différents collaborateurs dont les maitrises des costumes, des lumières, de la scénographie et autre sont plus solides. Néanmoins, tout cela exige nombreuses discussions, une énergie également démultipliée et peut-être un temps précieux quelque peu perdu dans diverses négociations afin de rapprocher des univers artistiques éloignés, ce qui nous a amenés peu à peu à nous intéresser à tout cela. Il en va différemment bien sûr dans les maisons d’Opéras où les compétences en ces matières sont assises et où nous avons la possibilité de voir réaliser nos maquettes et notre scénographie.

 Comment passer de Sciences Po à l’Ecole internationale du Mime Marceau, poursuivre avec l’Ecole d’art Dramatique et celle du Cirque quand ce n’est pas quelques écoles de magie ou de danse ?!!

 J’avais d’abord suivi une voie qui n’était pas la mienne, influencé en cela par mon milieu socio-culturel, il était plus simple alors d’emboiter le pas familial avec HEC et Sciences Po, cependant j’ai assez rapidement senti un profond malaise, ce que je faisais ne me correspondait en aucune manière et je m’étiolais littéralement dans des études en contradiction avec mon moi profond. J’avais, un peu par hasard, rencontré l’art du mime dans un cours de quartier et dont l’animateur, assez âgé du reste, se trouvait être un ami d’enfance du Mime Marceau. C’est donc lui qui m’a indiqué que Marcel Marceau tenait un cours à Paris dans lequel on se formait à l’acrobatie, la danse classique et l’art du mime bien entendu. En 1999, je décidai d’y entrer. Marcel Marceau était, il est vrai, un grand maitre mais peu pédagogue, il nous montrait davantage ce qu’il faisait plutôt que ce que nous aurions pu faire ! Malgré tout, c’était très généreux à lui de nous enseigner son savoir-faire et dans cette école, d’autres professeurs analysaient avec précision son art qu’ils nous transmettaient fidèlement tout en laissant une large part à nos propres créations dans différents ateliers pour ce faire. Je pense en particulier à Emmanuel Vacca, professeur, mais également très grand interprète dont nombre de ses spectacles ont été donnés des centaines de fois dans le cadre du Festival d’Avignon par exemple. Il avait cette capacité de nous amener vers nos propres créations.

ames-nocturnes

(suite…)