Les Chevaliers de la table ronde

Hervé, cette folle « Force qui va ! » par Pascal Blanchet à l’occasion des Chevaliers de la table ronde sur la scène de l’Opéra Grand Avignon.

Conférence sur Offenbach animée par Pascal Blanchet, automne 2019.

Pascal Blanchet, difficile de vous enfermer dans une fonction unique puisque vous êtes tout à la fois docteur en musicologie, auteur de nouvelles comme d’émissions télévisées, rédacteur de critiques de spectacles pour l’Opéra, scénariste, conférencier à vos heures et peut-être j’oublie ici quelques autres activités pour l’artiste infatigable que vous paraissez être ! Comment, au fond, tout cela a-t-il commencé puis progressé pour vous ?

(Rires)…Connaissez-vous la chanson « Pour sûr » de Bourvil alors qu’il chante la difficulté d’imiter deux voix et qu’il lance : « Mais j’avais à le faire quand même parce que quand on est artiste, il faut faire tous les genres… » ? eh bien, c’est précisément de cela dont il s’agit, pour qu’un artiste puisse vivre, il ajoute volontiers diverses fonctions à la première, néanmoins mon activité principale reste celle de l’écriture pour la télévision qui offre nombreuses séries et, par voie de conséquence, quantité de textes à produire. Parallèlement, le désir d’étudier la musique m’a toujours accompagné. Ainsi ai-je joué du piano, de l’orgue tout en faisant du chant, ce qui correspondait bien à mon amour pour l’opéra, le bel canto ou les œuvres de Mozart. Lorsque je suis entré à l’université, c’était d’ailleurs dans le but d’y approfondir l’étude du chant, également le solfège. A la fin de mon bac, j’avais retenu l’initiation à la musicologie, ce à quoi je m’employais déjà au fond, puisque je lisais des ouvrages sur la musique, son histoire, ses analyses etc. À ce stade, je devais donc préparer une maîtrise mais déjà plus âgé que les autres étudiants, ma prof m’a plutôt orienté vers un doctorat ! Me voilà à Paris pour y faire des recherches, un rêve en somme car tous les manuscrits sont à la bibliothèque de l’Opéra National de Paris où je me rendais, muni de ma carte de chercheur. À l’époque, je logeais dans une résidence pour étudiants canadiens. C’était tellement impressionnant de pouvoir manipuler et lire ces manuscrits d’origine !

Conférence animée par Pascal Blanchet et chant autour d’Offenbach, automne 2019.

(suite…)