Ouvreuse Dalila Daoui Opéra

Ouvreuse, un « petit métier de l’ombre » mis en lumière par Dalila Abdelkrim Daoui…

img_22531-e1521983321157.jpg  IMG_5255

Dalila Abdelkrim Daoui                                   …en compagnie de Kad Merad

Nous avons tous en mémoire les ouvreuses du cinéma de notre jeunesse, lampe de poche en main et panière en osier chargée d’eskimos, celles des théâtres, aussi modestes soient-ils, qui nous guidaient gentiment jusqu’au bon rang. Métier en voie de disparition, celui de l’ouvreuse se maintient pourtant dans les grands théâtres où, avec une discrétion efficace, elles vont dans un ballet incessant au rythme des entrées, placer la « cliente » ou le « client » jusqu’au fauteuil qui est le sien le temps d’une soirée.

 

Dalila Abdelkrim Daoui, en quoi consiste votre fonction à l’opéra et est-ce votre unique activité ?

Je suis d’abord employée de mairie, plus précisément agent d’accueil de l’urbanisme, pour l’instruction des autorisations de l’urbanisme.

Donc, j’étais employée en temps supplémentaire par la mairie pour faire ces quelques heures à l’opéra, lorsque la bascule s’est faite pour le Grand Avignon, j’ai changé d’employeur, ce n’est plus la mairie mais le Grand Avignon qui l’est devenu, tout cela restant dans la fonction publique, j’ai pu conserver les deux fonctions.

Depuis combien de temps êtes-vous liée à l’Opéra Grand Avignon et comment y êtes-vous venue ?

J’ai fait une demande auprès de la direction de l’Opéra d’Avignon en 1998 je crois pour être ouvreuse, ce que l’on nomme plus volontiers aujourd’hui sous la dénomination d’agent de salle et contrôleurs pour les hommes mais nous gardons entre nous le terme d’ouvreuses pour les femmes. Les contrôleurs déchirent les billets et indiquent les directions à prendre mais ils ne placent pas, c’est aux ouvreuses que revient cette activité.

Avez-vous senti une évolution de ce rôle depuis les quelques vingt années que vous le remplissez ?

 Lorsque je suis entrée, je n’étais que remplaçante à côté d’agents titulaires et comme les ouvreuses débutantes, j’ai fait tous les étages. D’abord le quatrième avec les loges. Il n’y a plus de clé comme on pouvait en avoir au XIXème siècle mais nous accompagnons les personnes jusqu’à leur loge.

(suite…)